Publié par : cercleandrewyoung | 6 février 2013

The Future of AGOA and US-Africa Trade

By Prince Ofori-Atta

At a time when the US was struggling to stay on its two feet in the heat of a looming economic meltdown in 2008, were hopes of better trade deals with Africa unrealistic when President Barack Obama was elected into office?

Despite the domestic problems in which Obama’s administration was embroiled, the criticisms and questions came from many African quarters: Why did Obama wait for nine months after he’d been sworn in before naming his Ambassador to the African Union? Why is China doing better on the continent in terms of trade?

With its seemingly unperturbed economic growth, Africa has come to represent a gold-rush not to be missed. Six of the world’s top 10 fastest growing economies are in Africa.

Seeking economic opportunities, China has been at the forefront of investment both in the extractive and infrastructure sectors on the continent. But can the same be said for the United States? According to outgoing Assistant Secretary of State for African Affairs, Johnnie Carson, since 2009 The US Overseas Private Investment Corporation, OPIC « has supported private sector investments totaling over $2 billion across Africa, an all-time record ».

The year 2009 also marked the year when China overtook the United States as Africa’s biggest trading partner. The US is falling behind despite its myriad bilateral investment treaties and partnership programmes on the continent, including The African Growth and Opportunity Act (AGOA), Millennium Challenge Corporation (MCC), African Women Entrepreneurship Program (AWEP), among others… and USAID, which until the first quarter of 2012 did not have a permanent assistant administrator.

The Significance of Oil

AGOA, the biggest yet in US-Africa engagement on trade, was proposed during President Bill Clinton’s era and enacted in 2000. In spite of bolstering trade relations between the US and Africa – registering a 21 percent increase in its 2011 import revenue compared to 2010 – most of AGOA’s import revenue has come from the extractive, particularly oil, sector.

As a result of the United States’ increase in shale-gas production from 20 percent in 2010 to a target of 46 percent in 2035 to total independence in the next 50 years, fears over the sustainability of US-Africa trade relations have been widely expressed. Already, Nigeria has experienced a 50 percent drop in its oil exports to the US since 2010. A difficult situation when the West African country’s Oil and Gas exports, which account for 94 percent of total exports, is considered.  Oil import revenue, which accounts for over 90 percent of all AGOA revenue, has also been brought to the fore.

The importance of AGOA in US-Africa trade relations cannot be underestimated. « AGOA has helped create at least 200,000 jobs Africa’s textile under its third country fabric provisions, which was set to expire in September 2012 and was extended by Congress at the 11th hour », says, Diallo Cellou, a New York-based international investment and economic geostrategy expert, speaking at a symposium organised by Cercle Andrew Young in Paris under the theme: What should Africa expect after Obama’s re-election?

Overall merchandise imports from sub-Saharan Africa in 2011 amounted to a little over $74.2bn, with AGOA import revenue alone reaching $53.8bn out of which $5m was from non-oil imports.

Bipartisan Consensus 

While the chances of AGOA being renewed in 2015 remain high, doubts over whether or not a renewal would translate into big bucks for Africa remain. This is especially so as gas exploration along the east coast of Africa, oil finds in West Africa, shale-gas in South Africa and the US states of North Dakota and Texas, the return of Libyan Oil, all promise to enhance decline in oil and gas prices as a result of huge export volumes. The potential oil and gas boom does not necessarily augur well for the heavily oil-dependent AGOA.

« AGOA’s main objective is to promote the economic emergence of Africa and to enable it join a world economic collective. But despite the interest many countries have expressed in the programme, it remains very selective. And for good reason. Above all else, the US is serious about protecting its national security and economic interests, while building a stronger partnership with African countries », says Angelle Kwemo, president of A Strategik Group (ASG), a Washington DC-based consultancy firm.

« AGOA is very selective and only a few out of over forty countries that were expected to enjoy that relationship with the US actually do », remarks Cellou. He questions whether the programme was designed for oil producing African countries.

But notwithstanding the lack of engagement with the continent during most of his first term in office, there is reason to remain optimistic about Obama’s administration’s Africa policy for the next four years. This is because while « Africa has not been the Obama administration’s priority … US-Africa trade is one thing both Republicans and Democrats alike agree on », suggests Professor Ekovich, a political science professor at the American University in Paris.

« For both Democrats and Republicans, protecting US interests is an integral part of American foreign policy … but it must be noted that AGOA was created without really consulting Africans, » argues Cellou.

Collective Bargain
Nonetheless, the increase in value of Africa’s top 500 companies from $393bn to just under $690bn between 2005 and 2010, according to The Africa Report’s annual survey, might see the US rethinking its trade policies with the continent. A recent announcement by acting US Commerce Secretary Dr. Blank that the US would be launching the Doing Business in Africa initiative, sees the world’s biggest economy gravitating towards African businesses, and may encourage diversity in trade relations.

« But to enjoy better trade relations with the US, African institutions must undertake the necessary regulatory reforms to attract investors and help their private sector to fully take advantage of the AGOA preferences » says Kwemo. She expresses her misgivings about the continent’s readiness, however, as she recollects some of her experiences as a counsel to Hon. Bobby L Rush (Democrat – Chicago), a senior member of the US Committee on Energy and Commerce, during Obama’s first term in office.

Aside from the issue of technical knowhow that burdens some African political circles, according to Kwemo, there is disconnect between the younger and older generations. In another example, she tells the story of a group of young Africans who surprised a gathering of international businessmen in New York with their intricate contributions on a raft of complex business transactions. « Africa has the keys to its own development. The only way to overcome some of these trade barriers and enhance US-Africa partnership is to organise and present a collective voice, » advises Kwemo.

Remigius Kintu, an author and economist, believes that Africa will succeed in business the same way it did when young people gathered to hatch plans to get rid of its former dictators. « It was through collective action that we were able to push a bill into law in the US that helped get rid of Ugandan dictator, Idi Amin » says Kintu. He strongly believes that those dynamics have not changed.

But Africa’s non-homogeneous constitution makes negotiations at the continental level to present a collective bargain difficult, according to Cellou. Although he laments the regrettably polarised Anglo-Franco ECOWAS bloc – the West African governing body – he suggests that Africa’s regional economic bodies stand better chances of negotiating better economic deals. « More trade is being organised through regional economic blocs the world over. Let’s not be naïve, Obama or not, the first priority of any American administration is to safeguard its interests and a better organised region is likely to enjoy better trade relations with the US.

« As at present, the ambitious organisation of SADC (Southern African Development Community) and EAC (East African Community) has encouraged the US to increase its trade engagement with that regional integration », Kwemo adds.

As the future of US-Africa trade in terms of oil beckons, it is up to Africa to develop other aspects of its export industry as it braces for a huge dent in its oil and gas import revenues.

Publié par : cercleandrewyoung | 16 janvier 2013

CONFERENCE-DEBAT LE 25 JANVIER 2013 A PARTIR DE 18H30

LE CERCLE ANDREW YOUNG ET L’UNIVERSITE AMERICAINE DE PARIS ORGANISENT UNE 

THEME: OBAMA II : QUE PEUT ATTENDRE L’AFRIQUE DE LA REELECTION DU PREMIER PRESIDENT AFRO-AMERICAIN A LA MAISON BLANCHE ? 

Lieu: Université Américaine de Paris. 6 rue du Colonel Combes, 75007 Paris.

Métro 9 Alma Marceau ou RER C Pont de l’Alma 

INTERVENANTS:

1-      Steven EKOVICH

Professeur à l’Université Américaine de Paris. Spécialiste des Etats-Unis.  Il a également enseigné à l’Ecole Polytechnique, HEC, Sciences Po Paris et St. Cyr. Ph.D. University of California.

2-      François DURPAIRE

Historien et écrivain spécialisé dans les questions d’éducation, de citoyenneté et de diversité culturelle aux États-Unis et en France. Il est consultant pour la Télévision et la Radio. Il préside le Mouvement Pluricitoyen.

3-       Diallo El Hadj Mamadou CELLOU

Spécialiste des investissements internationaux en Afrique, de la coopération internationale, de la géostratégie africaine, et de l’économie du développement.

4-      Remigius KINTU

Economiste de formation, c’est un infatigable défenseur de l’Afrique aux Etats-Unis. A plusieurs occasions il a dénoncé l’appât du gain des entreprises multinationales qui les poussent à soutenir de nombreux conflits armés, la destruction des Etats-nations et qui fait des millions des victimes.

5-      Angelle KWEMO

Présidente et fondatrice de A Strategik Group LLC, vétérante du Congrès Américain, ancienne conseillère parlementaire en matière de politique étrangère et commerce international pour l’honorable Bobby L Rush (Représentant Démocrate de Chicago (Illinois) et doyen et de la Commission Energie et Commerce).

Le Cercle Andrew Young (CAY) est une association à but non lucratif, régie par la loi du 1er  juillet 1901 et le décret du 16 août 1901.

Fondé le 12 mars 2010, par cinq journalistes et universitaires africains, anciens bénéficiaires des programmes « International Visitors » soutenus par l’Africa Regional Services (ARS) de l’Ambassade des Etats-Unis en France, le Cercle est ouvert à toute personne ayant participé au Programme « International Visitors  aux Etats-Unis d’Amérique.

Contacts:

– Martin Luther MBITA, Secrétaire Général: Tel: 06 59 20 55 73

E-mail: mbitaeffort@hotmail.com

Paul Yange: Tel: 06 27 64 57 26 /

E-mail: paul.yange@grioo.com

N.B: Réservation obligatoire par mail ou par téléphone 

Publié par : cercleandrewyoung | 17 juillet 2012

Le Cercle Andrew Young a tenu sa 2ème Assemblée générale

Les  » Cayens » en pleine élaboration d’un plan pour la saison 2012-2013

Le Cercle André Young a tenu son Assemblée générale le 7 juillet 2012 à l‘Université Américaine de Paris, rue  Colonel Combes dans le 7ème arrondissement. C’était la dernière grande réunion d’une saison bien remplie, qui avait commencé par la tenue d’une grande conférence-débat toujours à l’U.A.P, consacrée au thème de l’Investissement en Afrique.

On se rappelle que le C.A.Y effectua un début d’année remarquable avec cette conférence où, en dépit d’une forte pluie battante ce soir là, on refusa pratiquement du monde. C’est sur cette lancée que deux autres conférences : une consacrée à la réflexion que suscitent les nouveaux partenariat en Afrique à l’heure de la croissance économique sur ce continent et une dernière sur les commissions Paix et réconciliation dans les pays ayant connu les affres de la guerre civile. Il convient de souligner que l’UAP nous a rendu un précieux service en mettant chaque fois gracieusement ses locaux à notre disposition pour ces trois grandes conférences.

La première conférence sur les investissements en Afrique a fait l’objet d’une synthèse sous forme de cahier spécial dans le 2è numéro de AFRICAM, la revue du cercle Andrew Young. Le 2è numéro d’Africam reste disponible auprès du secrétariat   ( Voir Martin Mbita, le SG )  Au cours de l’Assemblée générale on a cependant levé l’option d’éditer momentanément cette revue sous format Pdf, afin d’en minimiser les coûts d’imprimerie. Toutefois, le CAY se réserve le droit de publier Africam dans sa version papier quand l’opportunité s’en fera sentir par rapports aux moyens financiers dont le cercle pourra disposer.

Ceci augure déjà de la capacité du Cercle Andrew young à pouvoir financer ses activités dès la rentrée de septembre. C’est ici le lieu de souligner l’importance de la formation Fund Raising financée par l’ARS Paris et dont ont bénéficié quelques membres du Cercle afin justement de pouvoir, dans l’avenir, mener des campagnes de collecte de fonds auprès de différents partenaires du Cercle. Toujours dans le cadre du renforcement des capacités des membres du CAY, il convient de noter que l’ARS Paris a aussi financé la formation sur le logiciel Indesign en perspectives de la prise en charge de la conception et du montage graphique de la revue Africam.

Pascal Sim, Chargé des relations avec la presse de l’ARS Paris, présent à cette Assemblée générale en a profité pour suggerer quelques pistes afin de rédynamiser la revue Africam ainsi que le Blog du cercle. On pourra ainsi renforcer  la visibilité du cercle sur la toile et renforcer ainsi le réseau des sympathisants et de potentiels partenaires. La démarche est d’autant plus importante que le Cercle Andrew Young en est à sa phase d’implantation.

Voici, in extenso , l’ordre du jour de l’Assemblée générale du CAY : -Accueil de nouveaux membres; Bilan moral et financier; Programme d’action 2012-2013; Rédynamisation de la revue Africam et du blog, Renouvellement du Bureau Exécutif, et Divers.

Les deux nouveaux membres accueillis par l’AG sont : Olivia Nloga et Jean-Louis Moussinga.

Les membres présents à l’AG ont renouvelé leur confiance à Thomas ATENGA pour présider le bureau exécutif . Il sera épaulé dans cette mission  par Léon KHAROMON qui intègre le Bureau exécutif tout en gardant ses responsabilités au sein du comité éditorial de la revue Africam.

Dans la nouvelle équipe du Bureau, on retrouve notre consoeur Ruth Nabakwe qui devient la nouvelle Trésorière du Cercle Andrew Young, tandis que Martin Mbita en sa qualité de Secrétaire général du cercle en demeure la cheville ouvrière.

Paul Yange dont le dynamisme aura été remarquable durant les trois conférences notamment dans la prise et les suivis des contacts de différents intervenants, est par conséquent officiellement Chargé de l’organisation des conférences. Olivia Nloga, qui venait de rejoindre le CAY se chargera des relations publiques , de la communication ainsi que de l’administration du blog du Cercle Andrewyoung.

L’installation du bureau a été précédé par l’élaboration d’un calendrier de principales activités du Cercle pour la rentrée. Dès le mois d’octobre prochain le Cercle reprend ses activités avec une conférence axée sur la problématique de la « Dette africaine et le développement ».

Pour lier l’utile à l’agréable, après l’AG, les « Cayens » (membres du Cercle Andrew Young) ont rendu une visite de courtoisie à ISSA, le tout nouveau-né de leur confrère Léon Kharomon. C’était à son domicile à Aulnay-sous-Bois où la conversation sur divers sujets s’est poursuivi jusque tard dans la soirée autour d’un verre d’amitié.

Publié par : cercleandrewyoung | 16 juin 2012

CONFERENCE-DEBAT le vendredi 22 juin à 18h

Image

Dans le cadre de son cycle de conférences sur les dynamiques politiques et économiques en Afrique, le Cercle Andrew Young, en partenariat avec l’Université américaine de Paris, vous invite à une conférence-débat qu’il organise le 22 juin 2012 de 18h à 22h.

THEME: VERITE, JUSTICE ET RECONCILIATION EN AFRIQUE: LES CAS DE LA CÔTE D’IVOIRE ET DE LA GUINEE

Lieu: Université Américaine de Paris. 6 rue du Colonel Combes, 75007 Paris.

Métro 9 Alma Marceau ou RER C Pont de l’Alma

 

INTERVENANTS

 M. El Hadj MAMDOU CELLOU DIALLO: Spécialiste des contentieux économiques et de la sécurisation des capitaux.                                                            

M. Vitrice YEKPE: Docteur en Science politique, énarque et spécialiste des questions de sécurité globale.                                                                              

M. Alhassane  CHERIF: Psychologue clinicien, docteur en ethnologie clinique. Il est spécialiste des questions de reconstruction individuelle en période post-conflit.                                                                   

M. Thomas ATENGA: Docteur en Science politique et spécialiste des médias, Président du Cercle Andrew Young.  

M. Jean Jacques Konadje: Docteur en Science politique. Il est auteur de plusieurs articles sur la circulation des armes légères et de petits calibres en Afrique de l’Ouest.     

 Contacts:

– Martin Luther MBITA, Secrétaire Général: Tel: 06 59 20 55 73 / E-mail: mbitaeffort@hotmail.com

Paul YANGE: Tel: 06 27 64 57 26 / E-mail: paul.yange@grioo.com

– Valérie Sou: Tel: 06 52 40 49 13/ E-mail:souvalerie@gmail.com 

cercleandrew@hotmail.fr

N.B: Réservation obligatoire par mail ou par téléphone avant le 21 JUIN 2012

Publié par : cercleandrewyoung | 21 avril 2012

Le numéro 2 d’AfricAm, la revue du Cercle Andrew Young, est disponible

AfricAm numéro 2 est disponible. Au menu de ce numéro paru en avril 2012, des articles sur la politique internationale, une interview de Johnnie Carson, et un article sur les Africains appelés à jouer un grand rôle dans les rapports entre l’Afrique et les USA. Pour commander la revue (5 euros l’exemplaire), vous pouvez contacter le secrétaire général Martin Mbita à l’adresse mbitaeffort@hotmail.com

AfricAm, revue du Cercle Andrew Young


Publié par : cercleandrewyoung | 31 mars 2012

COMMUNIQUE DE PRESSE

LE CERCLE ANDREW YOUNG ORGANISE UNE CONFERENCE-DEBAT
LE 13 AVRIL 2012 A 19H
THEME:QUELS PARTENARIATS POUR L’AFRIQUE DANS UN MONDE MULTILATERAL?
Lieu: Université Américaine de Paris. 6 rue du Colonel Combes, 75007 Paris.
Métro 9 Alma Marceau ou RER C Pont de l’Alma

INTERVENANTS:
1-JEAN PING
Diplomate, homme politique gabonais. Ancien ministre d’État, ministre des Affaires étrangères, de la Coopération et de la Francophonie de la République du Gabon sous la présidence du feu Omar Bongo. Titulaire d’un Doctorat d’Etat en sciences économiques de l’Université Panthéon 1-Sorbonne, Jean Ping est le président en exercice de la Commission de l’Union Africaine (UA) depuis 2003.

2-ACHEIKH IBN OUMAR 
Ancien ministre tchadien des Affaires étrangères (1989-1990), Acheikh Ibn Oumar a également été
Conseiller spécial du président Idriss Déby, puis ambassadeur du Tchad aux États-Unis et aux Nations unies. Il est un acteur politique, directement impliqué dans les différentes phases de l’histoire
mouvementée du Tchad, en même temps qu’un observateur de la scène africaine et arabe. Il vit en exil en
France depuis 2000.

3-YVES EKOUE AMAÏZO
Economiste togolais, il a travaillé comme économiste spécialisé en stratégies, conseil et négociations à l’ONUDI de 1988 à 2007. Aujourd’hui, il officie comme expert indépendant. Yves Ekoué Amaïzo est titulaire d’un doctorat en droit économie et gestion de l’informatique des organisations de l’Université Lyon 3 en France (Université Jean Moulin) obtenu en 1986. Il est également titulaire du Diplôme d’Études Approfondies (DEA) en monnaie, finance et banque en obtenu en 1983 et une maîtrise en Administration Économique et Sociale avec une spécialisation en gestion des services publics, obtenu en 1982 à l’université Lyon 2 en France (Université Lumière).

4-LIONEL ZINSOU
Banquier d’affaires, Lionel Zinsou est Président de PAI Partners, société de capital – investissement, depuis 2009. De 1997 à 2008, il a été Associé-Gérant de la banque d’affaires Rothschild et Cie. A ce titre, il a créé et dirigé le groupe sectoriel des biens de consommation ainsi que la région Afrique-Moyen Orient. Lione Zinsou est diplômé de l’École Normale Supérieure de Paris, agrégé de Sciences économiques, d’Histoire économique et d’Économie du développement.

5-FRANCOIS NDENGWE
Il est président-fondateur du African Advisory Board et membre-fondateur du Congrès des économistes africains.

6-MARIE ROGER BILOA
Journaliste, directrice de la rédaction du magazine « Africa International » et membre du Cercle Andrew Young, sera la modératrice de la conférence.

Le Cercle Andrew Young (CAY) est une association à but non lucratif, régie par la loi du 1er juillet 1901 et le décret du 16 août 1901.
Fondé le 12 mars 2010, par cinq journalistes et universitaires africains, anciens bénéficiaires des programmes « International Visitors » soutenus par l’Africa Regional Services (ARS) de l’Ambassade des Etats-Unis en France, le Cercle est ouvert à toute personne ayant participé au Programme « International Visitors aux Etats-Unis d’Amérique.

Contacts:
– Martin Luther MBITA, Secrétaire Général

– Paul Yange

N.B: Réservation obligatoire par mail ou par téléphone

Oumarou Barry, modérateur de la conférence « investir en Afrique, intérêts et enjeux », interroge William Fitzgerald, sous secrétaire d’Etat adjoint aux affaires africaines le 20 janvier 2012 à l’Université Américaine de Paris


Reportage de Telesud sur la conférence « investir en Afrique, intérêts et enjeux » du 20 janvier 2012 (regarder la vidéo à partir de 10 minutes 30 secondes pour voir le reportage)

Publié par : cercleandrewyoung | 22 janvier 2012

Photos : Conférence Investir en Afrique : intérêts et enjeux (21 01 2012)

Publié par : cercleandrewyoung | 7 janvier 2012

BONNE ANNEE 2012

MEILLEURS VOEUX 2012

Publié par : cercleandrewyoung | 4 janvier 2012

COMMUNIQUE DE PRESSE

LE CERCLE ANDREW YOUNG ORGANISE
UNE CONFERENCE-DEBAT
THEME: « INVESTIR EN AFRIQUE : INTERETS ET ENJEUX »

Lieu : Université Américaine de Paris, 31 Avenue Bosquet 75007 Paris

Heure : 18h00
Date: Le 20 janvier 2012
Métro Alma Marceau ou RER Pont de l’Alma

Intervenants:

Lionel Zinsou : PDG de PAI Partners et Conseiller du président du Bénin. A participé aux réunions préparatoires sur le développement de l’Afrique lors du dernier sommet du G20.

William Nkontchou : Directeur de Emerging Capital Partners-Paris, un Fonds d’investissement dédié à l’Afrique.

Nicholas George: Avocat Of Counsel auprès du cabinet Orrick Rambaud Martel. Il est membre du groupe Global Finance. Spécialisé dans les projets relatifs aux infrastructures et à l’énergie, il conseille autant les services publics que les entreprises privées, les organismes gouvernementaux et les institutions financières dans le cadre d’opérations de financement de projets d’infrastructures en Afrique.

Paulo Gomes : Ancien administrateur à la Banque Mondiale.
Le Cercle Andrew Young (CAY) est une association fondée le 12 mars 2010, par cinq journalistes et universitaires africains.

Le CAY est une association loi 1901 qui oeuvre au dialogue et à une meilleure compréhension des rapports Afrique/Etats-Unis. Il est ouvert à toute personne ayant participée au Programme des Visiteurs Internationaux des Etats-Unis (IVLP).

Contacts:
Martin Luther MBITA/Paul Yange

NB: Confirmation obligatoire par mail ou par téléphone pour assister à la conférence
cercleandrewyoung@hotmail.fr

Publié par : cercleandrewyoung | 6 octobre 2011

Réception à l’occasion de la fête nationale des Etats-Unis

A l’occasion de la fête nationale des Etats-Unis, l’ambassadeur Charles Rivkin a reçu à Paris plus de 2000 invités lors de la réception qui a eu lieu à la résidence de l’ambassadeur le 7 juillet 2011. Retour en quelques photos sur l’évènement.

Le discours de l'ambassadeur Rivkin

Les invités écoutent le discours de l'ambassadeur Rivkin

Les invités écoutent jouer l'orchestre qui a succédé à l'ambassadeur Rivkin sur l'estrade

L'orchestre a fait un tabac auprès des invités

L'ancien président du CRAN Patrick Lozes, qui est candidat à l'élection présidentielle française 2012, discute avec Leon Kharomon et Martin Mbita (Cercle Andrew Young)

Patrick Lozes, ancien président du Cran, discute avec Leon Kharomon (CAY)

Thomas Atenga et Leon Kharomon (CAY) discutent avec Ferdinand Ezembe du CapDiv

Pierre Mbas de Diambars discute avec Alain Dolium (visiteur au Black Caucus 2010 et 2011, initiateur du Do Thank Echelle Humaine)

Martin Mbita (CAY) et Dogad Dogoui (ancien visiteur international)

La journaliste Anasthasie Tudieshe discute avec Randiane (Us Emb)

Quelques membres du Cercle Andrew Young présents : Martin Mbita, Thomas Atenga, Leon Kharomon et Paul Yange

Publié par : cercleandrewyoung | 6 octobre 2011

L’ARS A UN NOUVEAU DIRECTEUR

Dale Prince, le nouveau Directeur de l'ARS Paris,lors de sa présentation

Bonsoir tout le monde !

Je suis très heureux d’être là et, tout particulièrement, d’avoir la chance de pouvoir faire votre connaissance et de travailler avec vous. J’ai eu l’occasion d’habiter et d’être en poste dans des endroits formidables, mais je peux vous dire qu’il y en a peu qui surpassent Paris. Je n’en reviens toujours pas de voir la Tour Eiffel des fenêtres de mon appartement, et puis je profite de cette vue incroyable sur le Sacré-Cœur chaque fois que j’entre dans l’immeuble où se trouvent nos bureaux. A eux seuls, ces détails suffiraient pour que je garde le sourire.

Mais j’ai en outre la grande chance de diriger un bureau tel que l’Africa Regional Services, qui a la particularité d’être unique en son genre. Certes, vous conviendrez que l’ARS ne serait pas ce qu’il est sans vous tous, femmes et hommes de talent, qui assurez la mise en œuvre de nos programmes, et sans le personnel exceptionnel qui veille au bon fonctionnement de l’ARS. Je vous suis déjà redevable et vous remercie de vos efforts.

Je suis heureux de pouvoir rencontrer plusieurs de nos contacts de la presse africaine ici ce soir. Nous ferons de notre mieux pour continuer à vous fournir des informations utiles sur la politique américaine à l’égard de l’Afrique. Nombre d’entre vous sont d’anciens Visiteurs internationaux de l’ARS, et je me réjouis que vous ayez créé une association officielle des anciens participants, le Cercle Andrew Young. Je félicite le CAY pour sa première année d’existence qui a été couronnée de succès. Je suis sûr que votre énergie et votre attitude volontariste permettront de renouer le contact avec les plus de 200 personnes qui, au cours des trente dernières années, ont participé au programme des Visiteurs internationaux par l’intermédiaire de l’ARS.

Je pratique la diplomatie culturelle depuis plus de vingt ans et j’ai pu me rendre compte combien les programmes de conférences peuvent avoir un impact positif sur l’engagement des audiences locales. C’est pourquoi je suis heureux de pouvoir rencontrer ce soir certains des artistes et des conférenciers les plus chevronnés de l’ARS. Vous avez joué un rôle clé pour faire acquérir à l’ARS une excellente réputation en matière de programmes professionnels.  Alors que nous abordons de nouveaux thèmes susceptibles d’intéresser des audiences plus jeunes, je sais que vous continuerez d’être un atout pour nos programmes et un soutien pour le développement de l’Afrique.

Encore une fois, félicitations pour l’histoire de cette réussite que vous nous avez aidés à écrire !

Je suis impatient de faire plus ample connaissance et de continuer à travailler avec vous. J’ai hâte en particulier de célébrer le cinquantenaire de l’ARS avec vous et de mener à bien d’autres projets passionnants en 2012.

INTRODUCTION :

The National Council for International Visitors (NCIV )  of the United States has cause to celebrate  its half century of work which has seen this nonprofit membership association of the United States play a leading global role in promoting people to people relations around the world thus taking the art of human relations  to an even higher  level that has the potential to deepen global understanding among peoples of the world. By helping to create ties that bind among people from various cultural backgrounds across the world, NCIV has been instrumental in giving birth to the concept of Citizen Diplomacy. In the following interview Laura Dupuy the NCIV Vice-Chair and Executive Director of Utah Council for Citizen Diplomacy talks to RUTH TETE of the Circle Andrew Young ( CAY), a Paris-based  African Journalists Think-Tank and explains what Citizen Diplomacy is all about, a concept  which has opened the eyes of many people around the world to the “ other side of America” , the “ real  America”  which has a lot to offer the world in terms of banishing the fear of the “other, the unknown” to make way for  deeper understanding  among peoples of the World for a peaceful world. At a time of global uncertainty, Citizen Diplomacy in which you and I matter in promoting  understanding among diverse cultures in the world could not have come at a better time. Dupuy also responds to NCIV Programmes for Women at the grassroots and more…..READ ON

Circle Andrew Young:

Why was the National Council for International visitors created and what are some of its key goals?

Mme Laura DUPUY

Mme Laura DUPUY

Laura Dupuy:

Am honored to be representing the National Council for International Visitors (NCIV) here on their trip to Paris hosted by the Circle Jefferson, the Alumni Association of participants who have been to the United States as guests of the United States government through the International Visitors Leadership Programme (IVLP). Am not a historian but let me share with you a little bit about why the NCIV was created. The United States began to participate in International Professional Exchange Programmes early in the twentieth century, there have been many different kinds of Programmes and they really came to their full flowering in the 1950s after World War Two. President White Eisenhower saw the importance of engaging the American citizens in helping to shape our US Foreign Relations. He said that if only people will come together, then so will Nations. He sent a call out across the Nation and said that if we use some of your Federal Tax Dollars to invite emerging Leaders, key thought Leaders from around the World to the United States as guest of our government with Communities across our country from all 50 States gather together as  volunteers to support us in providing professional and cultural programming across our Nation in a public-private partnership. So indeed the call went out and today there are 94 Councils across the country  from small cities that are supported by our volunteer organizations to large cities like New York and Chicago. But the National Council for International Visitors, NCIV, was formed as a professional organization for all of the member Councils across the country and the goals were to provide support to the (United States) Department of State, to the US Federal government at the Community level to represent the volunteers across the country and also to provide professional development to the small Councils located n cities and towns across the country. Many of us come to our work without Business or NGO expertise but we come because we are guided by a passion for Citizen Diplomacy. So many of our Councils need professional development and training in guidance to make them successful in their work. We are also given the opportunity to share best practices among the Councils through our membership within the NCIV whose mission is to promote Excellence in Citizen Diplomacy no matter where we live in the United States.

Circle Andrew Young:

And talking about Citizen Diplomacy, could you describe briefly what it means as well as the role that Alumni’s of  the International Visitors Leadership Programme (IVLP) could play in promoting grassroots connections in various parts of the world?

Laura Dupuy:

Citizen Diplomacy to us is the idea that as Citizens of our country we have the right and even the responsibility to help shape the US Foreign Relations. Diplomacy as we know it in its usual context is about governments speaking to other governments. But in the last few decades we have seen a new concept emerge called Public Diplomacy and this is where governments speak to people. But Citizen Diplomacy is the idea of people speaking to people.

Circle Andrew Young:

How would you describe the role of media, particularly that of IVLP Alumni journalists in promoting this concept?

Laura Dupuy:

I believe that the media is an important aspect of the globalization that the world is undergoing at present and as people the media gives us the opportunity to share ideas and to shade light on key concepts as well as key issues that the people of the world are facing. So you as journalists can provide a context for that. There are however several things I wish to talk about regarding how the Alumni’s of the IVLP can work together and how you in your role as media consultants  can create the voice to share experiences via the media. But one of the things that we believe is very important is for Alumni of the IVLP can return to their home communities and create networks for continued dialogue among those who have participated in the programme because you will speak from a common understanding in serving the needs of your own Nations. You can then share your world view and experiences to your family, your friends, your colleagues. We call this the multiplier effect which we think is one of the most important ways of building trust as well as dispelling the misperceptions that people have about the United States and other Nations. It is important too for the Alumni to use technology to stay connected with the professional resources that you met during your programme so that professional and collegial development opportunities can arise spontaneously on your own outside of the context of the IVLP Programme. I also believe that through media and through your experience as Alumni you can be a powerful force in creating a global network for the exchange of ideas that can benefit us all. Through your work as media you can help promote this concept of volunteerism where we can step outside of our roles and to take the initiative to do what we think is important for the betterment of humankind.

Mme Laura DUPUY

Mme Laura DUPUY

Circle Andrew Young:

And talking about the betterment of humankind, lets now look at another issue which concerns women. The United States Secretary of State Hilary Clinton is keen about the advancement of women and the girl-child around the world. Judging by her visit to the Democratic Republic of Congo in recent times which was of particular interest and inspiration to African women, does the NCIV have programmes targeted at women and their special needs as well as advancing the leadership role of women in developing countries and Africa in particular?

Laura Dupuy:

This is a great question as it is such an important issue and as you pointed out, the US Secretary of State Hilary Clinton has identified women and girls  empowerment as a key programme theme for the International Visitors Leadership Programme. The Department of State identifies and creates the programme themes and then the NCIV and the local Councils implement those programmes. We are very proud to be able to implement programmes on this and I want to add that this is not a battle of the sexes ( laughs jokingly)… but we believe that providing women with education and economic independence will give them the resources that they need to make the best choices for their personal and professional fulfillment as well as in helping them to play a pivotal role in building and maintaining peace in the world.

Circle Andrew Young:

Going back to the issue of Citizen Diplomacy, a Congressional Resolution commemorating the NCIV 50TH Anniversary  supported the idea of designating a Citizen Diplomacy Day. Could you tell us a little bit more about this and whether this is now a reality?

Laura Dupuy:

This was a landmark achievement for the NCIV and am very proud of the work that all of our 94 Councils did around the country. In order to make this happen we had to contact and make the case for a Citizen Diplomacy Day to each of our elected officials in the US Congress and the House of Representatives. It took us a full year and many hours to make these contacts and to make the case for the value of Citizen Exchanges and particularly the International Visitors Leadership Programme. This actually was a single event which commemorated the NCIV 50TH Anniversary but in our conversation you have planted a very creative and important idea that indeed this should be an ongoing not a single event and that perhaps every year we need to honor and acknowledge the role of Citizen Diplomacy in our world; And I think that would be a very important way that the media can participate and take an active role to building awareness globally so that we can build on the 50TH Anniversary and continue to recognize and acknowledge this work every year.

Circle Andrew Young:

Lastly and on a personal note, you are the NCIV Vice-Chair and you are today in Paris and you will be leaving Paris very soon (to go back to the United States). During your visit to Paris you met with the IVLP Alumni who are engaged in various activities. So what has been your lasting impression of this Paris visit?

Laura Dupuy:

Well, Paris is one of the jewels of the world, it is a special city and it has been great to be a Parisian for a week and one of the things I think about when I travel is that many Parisians speak English, French and other languages and I recognize how important it is for Americans to speak other languages in order to truly understand another country and another culture. I had the pleasure of attending what we call home hospitality and I was invited to the home of some young people who live here in Paris and who had moved here from Morocco twenty years ago. It was very special to me because they are now Parisians and it just shows that no matter where we live we all come from somewhere else. My last name is Dupuy and my ancestors are originally from La Puy in France and so I feel very connected to France. So it reiterates his understanding that all peoples of the world share the same goals the same aspirations and that we have to continue to find ways to understand each other, to accept each other and to appreciate each other. And as we talk about our goals and aspirations, to add the words, “kindness “and  “understanding”  to our vocabulary so that we can continue to work together to build peace.

Circle Andrew Young:

Thank You very much Laura Dupuy and the Circle Andrew Young wishes you a safe journey back to the United States

Laura Dupuy:

Thank you for this opportunity

Publié par : cercleandrewyoung | 2 juillet 2011

AMOBE MEVEGUE, ancien IV lance sa Télé

International Visitor 2009, et membre du Cercle Andrew Young, AMOBE MEVEGUE, producteur audiovisuel et animateur de programmes sur plusieurs médias depuis plus de 20 ans comme RFI, CFI, MCM Africa, TV5 Monde, France Ô, France 24, a décidé de lancer sa propre chaîne de télévision.  Baptisée UBIZNEWS, elle se veut être une plateforme multimédia qui se positionne selon son fondateur, comme une  CHAINE INFOMUSEMENT qui propose des contenus à haute valeur ajoutée. « Le défi consiste à faire une chaîne info alternative qui privilégie l’analyse à la « factualisation » des informations », soutient-il.

Amobé Mévégué, Fondateur de UBIZNEWS

Autour du triptyque NEWS-SHOW-BIZ, Ubiznews traite sous tous les angles originaux, de nombreux sujets que la presse conventionnelle néglige.

Ubiznews sera bientôt disponible sur le câble et l’Adsl en France, avant de desservir l’Afrique par satellite.

L'info dans la culture et la chanson

Vous pouvez déjà vous faire une idée sur la CHAINE INFOMUSEMENT en allant sur http://www.ubiznews.com

Publié par : cercleandrewyoung | 23 juin 2011

LE PREMIER NUMERO D’AFRICAM VIENT DE PARAÎTRE

Africam (Afrique/Amérique), le premier numéro de la revue du Cercle Andrew Young (CAY) vient de paraître.  Vous y trouverez des analyses, des interviews, des réflexions sur les sujets tels que la politique internationale, l’économie, la bonne gouvernance, la liberté d’expression, la culture.

La Une de votre revue

En politique internationale, vous y trouverez une intéressante analyse sur l’attente de la politique africaine du Président américain Barack Obama, depuis son discours d’Accra au Ghana en juillet 2009. Une visite qui a permis à plusieurs jeunes leaders africains d’être invités aux Etats-Unis par le président américain. C’est ainsi que nous avons donné la parole à deux jeunes femmes, une d’origine rwandaise et une Américaine. Dans une interview croisée, elles donnent leur point de vue sur cette rencontre historique.

Dans la même rubrique vous trouverez également un article sur le vent de changement qui souffle sur l’Afrique.

L’économie occupe également une place importante dans cette revue. Vous y trouverez ainsi des révélations intéressantes sur l’Afrique qui décolle économiquement. Ce qui devrait amener les uns et les autres à « reléguer au banc de touche l’Afro-pessimisme », sujet traité dans la même rubrique par un de nos collaborateurs extérieurs.

Le droit à la libre expression  y est  également développé avec l’exemple de nos confrères afro-américains qui nous donnent une bonne leçon sur la liberté de la presse au pays de l’oncle Sam. Vous y trouverez également une intéressante réflexion sur la responsabilité des journalistes africains dans l’exercice de leur fonction.

Pour terminer Africam vous propose une interview exclusive de Mo Ibrahim, l’une des personnalités les plus influentes de la planète. Il parle de sa fondation qui promeut la bonne gouvernance et les droits de l’homme en Afrique.

Africam est une publication du CAY. C’est une revue trimestrielle qui travaille à une meilleure compréhension des rapports Afrique/Etats-Unis dans tous les domaines de la vie sociale.

Pour votre abonnement de soutien

Ecrire à:

Cercle Andrew-Young

45 A, Rue des Pommiers

93500 Pantin

Martin Mbita

SG CAY

Interview

by

Oumarou Barry, People TV 

  1. Johnnie Carson, welcome to Initiative Africa. I’m in Brussels at the US embassy media Hub and you are speaking to us from Washington. Thank for being with us.

Thank you for inviting me Oumarou. I’m pleased to be with you today.

  1. You are just back from Nigeria. The incumbent, Goodluck Jonathan, won the presidential elections in the first round with 57% of the votes cast. What do you think of his re-election?

I think that we first of all need to applaud the Nigerian electorate for turning out in significant numbers to participate in this contest … although the post-election was marred by some violence in some areas; most of the polling places on election day were in fact peaceful with relatively large turn outs and with good organisation. We congratulate the people of Nigeria for their participation, we congratulate the election commission for organising this election and we also congratulate President Goodluck Jonathan.

  1. You recently said, and I quote: « What happens in Nigeria has consequences not only for Africa, but for the United States and the entire global community. » Why?

Nigeria is one of the two most important countries in sub-Saharan Africa with a population in excess of 150 million people it is the most populous country in all of Africa. With a Muslim population of approximately 70 to 75 million people and growing rapidly it is second only to Egypt in its population of Muslims and probably will exceed Egypt’s Muslim population in the next five years. But more importantly than that Nigeria is currently a member of the security council; it is the largest economy in West Africa; it’s one of the top ten peace-keeping contributing countries in the world; it has played a leading role in returning stability to Liberia and Sierra Leone; and for the United States it is the fourth – and sometimes the fifth largest exporter of oil to the United States.

  1. Another important country is the Democratic Republic of the Congo. Do you plan to go there for the next presidential elections?

I am very pleased that President Kabila has indicated that he intends to move forward with presidential elections in his country in November of this year. We, in the United States, working largely through USAID and hopefully through our other partners NDI (National Democratic Institute) and IRI (International Republican Institue) and independent organisations like IFES (International Foundation for Electoral System) hope to be able to provide support to that election effort. We want to see elections move forward in the Democratic Republic of the Congo; we want to help in the technical preparations for those elections – as we did in Nigeria – and we want also to field observers – both embassy and international and also to support domestic observers as well.

  1. In Côte d’Ivoire five months of turmoil ended with the arrest of former president, Laurent Gbagbo, and President Barack Obama pledged US support for the new head of state, Alassane Ouattara. What exactly are you offering?

We think there are four things that need to be done in the Ivory Coast. One is to promote – as quickly as possible – political reconciliation; the second is to rebuild the economy; third is to help return the 150,000 or more refugees who fled across the border into Liberia and to help move the displaced persons in the country back to their original places of residence; and finally to help security sector reform: the integration of the various security and military forces into a single professional military that is subservient to constitution and democratic rule. We are now looking internally at our own budget and resources to look for ways to provide support for the Ivory Coast and its government. We believe very strongly that Alassane Ouattara was the legitimate victor of that election and we continue to condemn former president, Gbagbo, for not relinquishing power sooner and for undermining the economy and political stability of the country by refusing to do so.

  1. But would the US welcome President Gbagbo if he was granted exile?

The answer to that is no and it’s a very strong and clear no. I say that because the United States government in late November to December and January reached out at the very highest levels – from President Obama to Secretary Clinton – on several occasions … on four occasions to the then President Gbagbo … urging him to recognise the results of the election; to stand aside in a responsible fashion and not to tear his country up or lead it into political conflict. At that point it is absolutely clear – and it is well known – that we, the United States government, did in fact offer the then President Gbagbo an opportunity to come into the United States; to take a senior research position at a prestigious US university and that we were prepared to facilitate his relocation and administrative assistance at that university so that he could lecture, write, research, travel and teach. But once he lead his country into conflict, once he refused to give way to President Alassane Ouattara, once he turned his armoured personnel carriers, his tanks and his troops against innocent civilians on the street – as he did – he lost the opportunity to receive US assistance and to come to this country. I think that he has to be accountable for his actions and that there can be no real justice without accountability.

U.S. Assistant Secretary of State for African Affairs

  1. With the threat of terrorist activity in the Sahel and in Somalia, piracy off the East African coast, deepening conflicts in Darfur and Eastern DR Congo, there is no shortage of problems on the continent. Wouldn’t it be easier to tackle them if Africom, the US regional command for Africa, was based on the continent rather than in Germany?

No, I think that the best way for Africa to tackle all of the problems that you have mentioned is through good governance, the establishment of sound institutions, the promotion of stronger and more robust economies and providing all of its citizens with greater economic, social and educational opportunities. I do not believe that Africom should be relocated to Africa. I think it is irrelevant to where its location is but I think it is appropriately positioned where it is right now.

  1. France and the United States are often accused of acting as if they were policing the continent. What’s your view on that?

No, I think the African Union, under the very able leadership of Chairperson Jean Ping and his deputies Mr Mwencha and Ambassador Lamamra – as well as the regional organisations such as SADC (Southern African Development Community), ECOWAS (Economic Community of Western African States), IGAD (Intergovernmental Authority on Development), the East African Community have taken a much more serious and robust response to the problems of Africa. We can look at Somalia today and we see there troops from Uganda and Burundi effectively carrying out the AMISOM (African Union Mission in Somalia) mission on behalf of the people of Somalia but also on behalf of Africa and the international community. In another trouble spot, in Sudan, we have African troops – comprising a substantial number of the troops who have been in Darfur and also in South Sudan. We also have very capable African leadership in the civilian and military leadership spots in those organisations. And, of course, in Côte d’Ivoire – which we have just discussed – we have seen that operation lead by a very able Togolese general and we have seen the presence there  of African peacekeepers as a part of the UN effort. I think all of these conflicts are handled best if they are handled in partnership between the UN, the AU and the international community.

9- Hopes were high on the continent after Barack Obama’s victory in the 2008 presidential elections and we could not forget the speech he made in Accra, Ghana. But now, three years on, little has changed for the majority of Africans and they feel let down by your policy for Africa. Do you understand these feelings?

U.S. Assistant Secretary of State for African Affairs

Well I think there were great expectations across Africa as there were across      many parts of the world to the election of Barack Obama. I think President Obama has done an excellent job for the people of the United States. First and foremost he is the president of the United States and not the president of Europe, Africa, Asia or Latin America. We recognise, and he recognises very clearly, the importance of his own African ancestry and he has given a significant amount of attention – as the administration has – to African-related issues. We have maintained a very energetic and robust development assistance programme in Africa and we have undertaken a number of key initiatives. We have instituted, under President Obama, a global health initiative which builds on the PEPFAR initiative (President’s Emergency Plan for Aids Relief) of the past administration but combines efforts to deal with issues of tuberculosis, malaria, HIV-AIDS, and water-borne diseases while trying to improve significantly the public health systems of African countries. We’ve also instituted a very new programme called Feed the Future to help Africa attain the green agricultural revolution that transformed much of Latin America and Asia in the 1970’s and ‘80’s. As you well know, 70 to 80% of all African households depend primarily or secondarily on agriculture as their primary source of economic livelihood. Our desire through the Feed the Future programme is to end hunger in Africa and, working up from the very lowest levels to the very highest levels, to help generate the green revolution in Africa that will make it a major agricultural player. The administration has also launched a very important climate change initiative to help Africa deal with those challenges that are new and our development assistance budgets for Africa run close to $3 billion a year.

10. It is clear that Africa seems to be a priority for the United States but it accounts for a mere 2% of US overseas trade. Isn’t that a paradox?

That’s a challenge for Africa and not for the United States. What we in the United States have to do is to help Africa overcome that challenge. I think you’re absolutely right: Africa accounts for less than 2% of global trade but that has less to do with the United States. Under the African Growth and Opportunity Act our markets and borders are open to African trade for some 6,000 products that are able to come in duty free. Africa needs to strengthen its industrial base, needs to liberalise its economic policies, needs to reduce the level of regulation, it has to improve the economic climate – both for its own citizens as well as for others, it has to become more investor-friendly and it has to deal with issues of corruption. These are issues that are a challenge for Africa, we want to help Africa deal with them – but the fact that they have just 2% of trade with the United States – or let me say that they only account for just 2% of global trade – not just trade with the United States – we want to trade more with Africa but Africa does have to undertake the kinds of economic reforms I just mentioned.

11. One final question and a more personal one: your first taste of Africa came in 1965 with the Peace Corps. Correct me if I’m wrong. You were subsequently US ambassador to several African countries before occupying the position you have today. Where did you get this passion for the African continent?

I was inspired, like many Americans, by the words of the late president, John F Kennedy: “Ask not what your country can do for you; ask what you can do for your country.” President Kennedy inspired thousands of Americans to go overseas, to learn about other countries, their cultures and their languages. He encouraged us to come back home and be good global citizens and to tell Americans about what we had experienced. That passion continues to live on. I’m very proud of the fact that I was a Peace Corps volunteer in Tanzania for three years. It had a tremendous impact on my own professional and personal life and I am glad to have served the United States as a diplomat and to have served as an ambassador, not in one but in three countries, in Kenya, Uganda and Zimbabwe.

12. Johnnie Carson, thank you very much for taking the time to speak with us from Washington. Thank you.

Thank you, glad to be with you.

© Oumarou Barry, People TV

Publié par : cercleandrewyoung | 31 mai 2011

JOHNNIE CARSON PLAIDE POUR UNE COOPERATION RENFORCEE AVEC L’UA

Entretien avec

Oumarou Barry, People TV

  1. Johnnie Carson, bienvenue. Merci d’avoir accepté l’invitation d’Initiative Africa. Je suis dans le studio de l’ambassade des Etats-Unis à Bruxelles, vous êtes dans votre bureau à Washington. Merci d’être avec nous.

Merci pour votre invitation Oumarou. C’est un plaisir d’être avec vous aujourd’hui.

  1. Vous rentrez tout juste du Nigéria, où Goodluck Jonathan, le président sortant, a gagné les récentes élections présidentielles dès le premier tour, avec 57% des suffrages exprimés. Que pensez-vous de sa réélection ?

Tout d’abord nous devons féliciter les électeurs nigérians qui ont été nombreux à se déplacer pour voter. Malgré quelques violences post-électorales qui ont éclatés dans certaines zones, la plupart des bureaux de votes étaient paisibles le jour des élections. Le taux de participation était élevé et tout a bien été organisé. Nous félicitons le peuple nigérian pour sa participation, la commission électorale pour l’organisation du scrutin, et nous félicitons le Président Goodluck Jonathan. Notre Secrétaire d’Etat Hilary Clinton a appelé le Président Goodluck Jonathan pour le féliciter personnellement et lui adresser les félicitations du Département d’Etat et du gouvernement des Etats-Unis. Nous lui souhaitons plein de bonnes choses pour les années à venir.

  1. Récemment vous avez dit je vous cite : « Ce qui se passe au Nigéria a des conséquences non seulement pour l’Afrique, mais aussi pour les États-Unis et le reste du monde. » Pourquoi ?

Le Nigéria est l’un des deux plus importants pays d’Afrique subsaharienne. Avec une population de 150 millions de personnes, c’est le pays le plus peuplé d’Afrique. On compte entre 70 et 75 millions musulmans dans le pays, et leur nombre ne cesse d’augmenter. L’Egypte compte le plus grand nombre de musulmans en Afrique, mais d’ici cinq ans le Nigéria l’aura probablement dépassée. Mais plus que cela encore, le Nigéria est actuellement membre du Conseil de Sécurité de l’ONU et c’est la plus grande économie d’Afrique de l’Ouest. Il fait aussi partie des dix pays qui fournissent le plus grand nombre de soldats pour le maintien de la paix dans le monde. Le Nigéria a joué un rôle clé dans la stabilisation du Libéria et de la Sierra Leone. C’est aussi le quatrième, parfois le cinquième, plus grand exportateur de pétrole vers les Etats-Unis.

  1. Un autre pays important en Afrique, c’est la République Démocratique du Congo. Vous avez l’intention d’y aller pour les élections présidentielles?

Je suis très heureux que le Président Kabila ait déclaré son intention d’organiser les élections présidentielles en novembre prochain. Les Etats-Unis, par le biais de son agence de développement USAID, et je l’espère, avec nos autres partenaires, l’Institut National Démocratique et l’Institut Républicain International mais aussi d’organisations indépendantes comme la Fondation Internationale pour les Systèmes Electoraux, nous avons l’intention d’apporter notre aide pour ces élections. Nous voulons qu’elles aient bien lieu en RDC. Nous voulons apporter notre soutien technique comme nous l’avons fait au Nigéria. Nous voulons envoyer des observateurs de notre ambassade sur place, mais aussi des observateurs internationaux et congolais.

S.E. Johnnie Carson, Secrétaire d'Etat aux affaires africaines

  1. En Côte d’Ivoire, l’arrestation de l’ex-président Laurent Gbagbo a mis fin à cinq mois de crise. Barack Obama a offert le soutien de des Etats Unis à Alassane Ouattara, le nouveau chef d’état ivoirien. Concrètement, qu’est-ce que vous proposez ?

Nous pensons qu’il y a quatre choses à faire en Côte d’Ivoire. La première c’est de promouvoir au plus vite la réconciliation politique. Deuxièmement, il faut reconstruire l’économie. Ensuite, il faut aider les cent cinquante mille, peut-être plus, réfugiés qui ont fui le pays pour aller se réfugier au Libéria. Il faut aussi aider les déplacés à l’intérieur du pays pour qu’ils puissent rentrer chez eux. Enfin, il faudrait réformer le secteur de la sécurité en intégrant toutes les forces militaires et sécuritaires pour ne former qu’une seule et unique force militaire respectueuse de la Constitution et de la règle démocratique. Actuellement, nous sommes en train d’examiner en interne les ressources et le budget que nous avons à notre disposition pour voir comment nous pouvons apporter notre soutien à la Côte d’Ivoire et à son gouvernement. Nous sommes convaincus qu’Alassane Ouattara est le vainqueur légitime de ces élections et nous continuons de condamner l’ancien président Gbagbo pour son refus de céder le pouvoir plus tôt, ce qui a mis en péril l’économie et l’équilibre politique de son pays.

  1. Les Etats-Unis sont-ils prêts à accueillir Laurent Gbagbo si on lui accorde l’exil ?

La réponse est non. Un non ferme et définitif. Je le dis parce que fin novembre, en décembre et en janvier, les plus grandes autorités du gouvernement des Etats-Unis, du Président Obama à la Secrétaire d’Etat Hilary Clinton, ont essayé à plusieurs reprises… quatre pour être exact, d’entrer en contact avec l’ex président Gbagbo. Nous lui avons demandé d’accepter le résultat des élections, de céder sa place de manière responsable et de ne pas sacrifier son pays et de provoquer un conflit politique. A cette époque, c’est un fait avéré et tout le monde le sait, le gouvernement américain a proposé à l’ancien Président Gbagbo de venir s’installer  aux Etats-Unis pour y occuper un poste de chercheur dans une prestigieuse université. Nous étions prêts à faciliter son installation et gérer toute la partie administrative pour qu’il puisse donner des conférences, enseigner, écrire, mener des recherches et voyager. Mais quand il a plongé son pays dans le conflit, quand il a refusé de céder sa place au Président Alassane Ouattara, quand il a utilisé ses blindés, ses chars et ses soldats contre des civils innocents dans la rue comme il l’a fait, il a perdu la possibilité d’être aidé par les Etats-Unis et de venir s’installer dans notre pays. Je pense qu’il doit répondre de ses actes. Il ne peut y avoir de vraie justice sans notion de responsabilités.

  1. Menaces terroristes dans le Sahel et en Somalie, piraterie au large de l’Afrique de l’Est, conflits qui s’enlisent au Darfour et dans l’Est de la RDC… Les zones de tensions et de  conflits ne manquent sur le continent. Pour les résoudre, pourquoi ne pas implanter Africom, le commandement régional américain pour l’Afrique, directement sur le terrain plutôt qu’en Allemagne ?

Non, je pense que pour faire face à tous les problèmes que vous avez mentionnés, l’Afrique a besoin de bonne gouvernance, de mettre en place des institutions fortes, de développer des systèmes économiques plus solides et de fournir à ses citoyens davantage d’opportunités économiques, sociales et un accès à l’éducation. Je ne crois pas qu’il faille relocaliser Africom en Afrique. Sa situation géographique n’est pas le sujet. Il bien là où il se trouve aujourd’hui.

  1. La France et les Etats-Unis sont souvent accusés de vouloir être les gendarmes du continent. Qu’est-ce que vous en pensez ?

S.E. Johnnie Carson, Secrétaire d'Etat aux affaires africaines

Non, je pense que l’Union Africaine, sous la direction de Jean Ping, de ses adjoints Monsieur Mwencha et l’Ambassadeur Lamamra, tout comme les organisations régionales comme le SADC (Ndr : prononcer Sadec), de la CEDEAO, de l’Autorité Intergouvernementale pour le Développement, et de la Communauté de l’Afrique de l’Est, répondent de manière forte et plus appropriée aux problèmes de l’Afrique. Prenez l’exemple de la Somalie aujourd’hui, où des soldats ougandais et burundais poursuivent efficacement la mission de l’AMISOM (Ndr : prononcer Amissom) pour le peuple somalien, l’Afrique et la communauté internationale. Au Soudan, une autre zone de conflit, il y a des soldats africains, parmi lesquels un grand nombre est intervenu au Darfour et au Sud Soudan. Les civils et les militaires africains qui dirigent ces organisations sont des personnes très compétentes. Et bien sûr, nous en parlions tout à l’heure, en Côte d’Ivoire, l’intervention militaire a été admirablement menée par un général togolais et il y avait aussi des africains parmi les forces de maintien de la paix des Nations Unies sur place. Je pense que la meilleure façon de gérer ces conflits passe par une coopération entre les Nations Unies, l’Union Africaine et la communauté internationale.

En 2008, l’élection de Barack Obama à la présidence des États-Unis a suscité beaucoup d’espoirs sur le continent. On se souvient aussi du fameux discours d’Accra, au Ghana. Mais aujourd’hui, pour beaucoup d’africain rien n’a changé. Ils sont déçus par votre politique africaine. Vous comprenez leur déception?

Il y a eu beaucoup d’attentes après l’élection de Barack Obama, en Afrique mais aussi dans beaucoup d’autres pays à travers le monde. Je pense que le Président Obama fait un excellent travail pour le peuple américain avant tout. Il est président des Etats-Unis, ce n’est pas le président de l’Europe, de l’Afrique, de l’Asie ou de l’Amérique latine. Nous reconnaissons, comme lui le reconnaît, l’importance de son héritage africain, et il consacre, comme l’ensemble du gouvernement, beaucoup d’attention aux questions africaines. Nous maintenons un programme d’aide au développement de l’Afrique solide et dynamique avec plusieurs initiatives clés. Sous la présidence de Barack Obama, nous avons mis en place une initiative globale pour la santé qui s’appuie sur le Plan d’Urgence Américain, initié par le gouvernement précédent, pour lutter contre la tuberculose, le paludisme, le VIH-Sida et les maladies transmissibles par l’eau, tout en essayant d’améliorer de manière significative les systèmes de santé  des pays africains. Nous avons également lancé un programme innovant, “Feed the Future”, “Nourissons l’Avenir”. L’objectif c’est d’aider l’Afrique à réaliser la Révolution Verte Agricole, qui a transformé de nombreux pays en Amérique latine et en Asie dans les années 70-80. Vous le savez bien, 70 à 80% des ménages africains dépendent de l’agriculture qui est leur première ou deuxième source de revenus. Avec le programme “Feed the Future”, notre désir est d’éradiquer la famine en Afrique et de promouvoir la révolution verte, à tous les niveaux, des plus bas aux plus élevés, ce qui fera de l’Afrique un acteur clé du secteur agricole. Le gouvernement a également lancé une initiative majeure pour que l’Afrique puisse faire face aux problèmes liés au changement climatique. Nos budgets d’aide au développement de l’Afrique représentent près de 3 milliards de dollars par an.

10. L’Afrique semble clairement être une priorité pour votre pays, pourtant le continent ne représente que 2% du commerce extérieur des  Etats-Unis. Comment expliquez-vous ce paradoxe?

C’est le défi de l’Afrique pas celui des Etats-Unis. Quant à nous, nous devons aider l’Afrique à relever ce défi. Vous avez tout à fait raison: l’Afrique représente moins de 2% du commerce mondial,  mais cela n’a rien à voir avec les Etats-Unis. D’après les termes de l’AGOA, la loi sur la croissance et les possibilités économiques en Afrique, nos marchés et nos frontières sont ouverts à près de 6000 produits africains non taxés. L’Afrique a besoin de renforcer son secteur industriel, de libéraliser ses politiques économiques tout en assouplissant ses règlementations. L’Afrique a besoin d’améliorer son environnement économique, à la fois pour ses citoyens et pour les autres. Il faut qu’elle soit plus favorable aux investisseurs et qu’elle lutte contre la corruption. Voilà les défis de l’Afrique et nous voulons l’aider à les surmonter. Que l’Afrique ne compte que pour 2% des échanges commerciaux avec les Etats-Unis, ou plutôt 2% des échanges mondiaux car il ne s’agit pas uniquement  que des échanges avec les Etats-Unis… Nous voulons faire plus de commerce avec l’Afrique, mais l’Afrique se doit d’entreprendre les quelques réformes économiques que je viens juste de mentionner.

11. Pour finir, une question un peu plus personnelle. Votre première expérience africaine remonte à 1965 avec le Corps de la Paix, une organisation humanitaire, corrigez-moi si je me trompe. Puis vous avez occupé le poste d’ambassadeur dans de nombreux pays sur le continent avant celui que vous occupez aujourd’hui. D’où vous vient cette passion pour l’Afrique?

Comme beaucoup d’américains, j’ai été inspiré par les paroles du Président disparu John Fitzgerald Kennedy. Il a dit un jour : “Ne demandez pas ce que votre pays peut faire pour vous, mais demandez-vous plutôt ce que vous pouvez faire pour votre pays.” Le Président Kennedy a inspiré des milliers d’américains, il les a incité à partir à l’étranger, découvrir d’autres pays, apprendre leurs langues, leurs cultures. Il nous a encouragé à rentrer à la maison pour raconter à nos compatriotes ce que nous avions vécu en tant que citoyens du monde. Cette passion est toujours en moi. Je suis très fier d’avoir été bénévole pour le Corps de la Paix en Tanzanie pendant trois ans. Cette experience a eu beaucoup d’influence sur ma vie professionnelle et personnelle. Je suis heureux d’avoir eu l’opportunité de servir les Etats-Unis en tant que diplomate, et d’avoir été ambassadeur dans trois pays: le Kenya, l’Ouganda et le Zimbabwe.

12. Johnnie Carson, merci beaucoup d’avoir pris le temps de nous parler depuis Washington. Merci.

© Oumarou Barry, People TV

Publié par : cercleandrewyoung | 11 novembre 2010

CAY, DES DEBUTS PROMETTEURS

Le 29 septembre dernier, ils étaient près de 200 personnalités à avoir honoré de leur présence, le lancement officiel des activités de notre association. Entre les anciens visiteurs internationaux et leurs invités, le Georges Marshall Center de l’Hôtel Talleyrand a bien failli s’avérer étroit.

La joie des retrouvailles

 

Nous disons merci à tous ceux qui ont sacrifié de leur précieux temps pour donner à cet événement  l’éclat qu’il a eu, et qui reste encore ardent dans nos mémoires.

Signature de la Convention entre l'ARS et le CAY

Nous voulons particulièrement remercier M. Mark Taplin pour ses encouragements, toute l’équipe de l’ARS pour son soutien inestimable dans la réussite de cette fête.

Les encouragements de M. Taplin

Les défis qui nous attendent sont immenses. Tous les anciens Visiteurs internationaux savent pouvoir compter sur votre soutien.

Merci à tous.

Publié par : cercleandrewyoung | 3 novembre 2010

Le Département d’Etat renforce les capacités des Alumni

Entre deux ateliers

Pour célébrer les 70 ans d’existence des programmes d’échanges entre les Etats-Unis et le reste du monde, le Département d’Etat a entamé une série de formations destinées aux associations d’anciens visiteurs internationaux. « l’Alumni leadersphip development », nom du programme, entendait fournir aux responsables associatifs, des outils théoriques, pratiques et méthodologiques leurs permettant de mieux structurer leurs organisations.

Une vue des participants

Le CAY a été parmi les associations bénéficiaires. Du 28 août au 18 septembre 2010, notre président a pris part à cette formation. De Washington à Boston en passant par San Francisco et Raleigh, il a été question à chaque étape de savoir tirer profit du vaste réseau des IV à travers le monde. Les exposés, les exercices, les échanges avec les autres participants ont prioritairement porté sur les stratégies de financements des projets, sur la gestion quotidienne des associations, sur la mobilisation des membres, etc.

Une formation enrichissante dont notre jeune association entend tirer tous les bénéfices pouvant contribuer à son renforcement.

Publié par : cercleandrewyoung | 30 octobre 2012

Home de Toni Morrison, le roman de la rémission

Par Olivia Nloga

Du 20 au 23 septembre derniers, la célèbre romancière afro-américaine Toni Morrison se trouvait en France dans le cadre du Festival America de Vincennes.Elle y a présenté son dernier roman,le dixième, Home, paru en aout aux Editions Christian Bourgois.

 Image

Un roman différent et qui lui ressemble

Le dernier né de Toni Morrison, Home, est différent de l’ensemble de son œuvre, et pourtant lui ressemble.

Différent d’abord parce que le personnage principal est pour la première fois masculin. L’auteure délaisse, en apparence seulement, les héroïnes féminines, pour nous entrainer cette fois dans l’esprit bouleversé d’un jeune homme noir de retour de la guerre de Corée. Un jeune garçon dont le passage de la sortie de l’adolescence à l’état adulte est compliqué par des souvenirs douloureux, des fantômes et des visions obsédantes. Le livre est aussi l’histoire de cette transition : Home est le moment où Frank Money devient un homme.

Cet ouvrage est différent par son format aussi. 150 pages. Un roman resserré et concis dans lequel Toni Morrison, poursuivie par l’âge ? pressée par le temps peut-être ?, se débarrasse de l’inessentiel. C’est un véritable travail sur la langue pour dire à chaque fois au plus précis, pour être dans la vérité juste et nue des mots.

Et pourtant, le livre est aussi fidèle à la romancière. On y retrouve des thématiques familières : le racisme, la détresse, l’enfance, la folie, la guérison.

Dans l’Amérique ségrégationniste des années 50, Home est l’histoire du périple de Frank Money à travers le sud des Etats-Unis pour retrouver sa sœur Cee en danger, et la ramener en sécurité à Lotus, la bourgade de leur enfance.

Tout au long du livre, on découvre à travers ses monologues intérieurs que Frank, tout juste démobilisé de Corée, est couvert de blessures plus anciennes que celles héritées de cette guerre : avoir grandi dans un lieu reculé, empoisonné par l’air qu’il y a respiré toute son enfance et son adolescence. Un air infesté par le racisme. Lui, enfermé dans une prison de l’instant accablante.

« Rester en vie ». Voilà la seule devise de Frank Money. Point.

 

Home, le roman de la rémission

 

Home c’est le roman de la rémission. Le retour au berceau amer pour y exorciser à la source toutes les souffrances. L’enfance marquée par l’indifférence ou le rejet, les épreuves, les secrets.Frank combat ses fantômes, les souvenirs violents et obsédants de la guerre qui le conduisent à la lisière de la folie.

Sa sœur Cee, enfant maltraitée par sa grand-mère adoptive se délivre de cette faible idée d’elle-même qui l’a conduite à se marier avec le premier venu, puis à laisser naïvement son corps être dévasté par les expériences sordides d’un médecin eugéniste.Tous deux au fond, se retrouvent à travers ce périple dans une quête d’eux-mêmes, qui va leur permettre de répondre enfin aux questions essentielles posées dans ce merveilleux poème par lequel s’ouvre le livre :

A qui est cette maison ?

A qui est la nuit qui écarte la lumière

A l’intérieur ?

Dites, qui possède cette maison ?

Elle n’est pas à moi.

J’en ai rêvé une autre, plus douce, plus lumineuse,

Qui donnait sur des lacs traversés de bateaux peints,

Sur des champs vastes comme des bras ouverts

pour m’accueillir.

Cette maison est étrange.

Ses ombres mentent.

Dites, expliquez-moi, pourquoi sa serrure

correspond-elle à ma clef ?

Olivia Nloga

 

 

Publié par : cercleandrewyoung | 30 octobre 2012

TECHNOLOGY: CHANGING THE LIVES OF MILLIONS AND FORGETTING THE INVENTORS

By Ruth TETE

What do the late Steve Jobs and Bill Gates have in common?  These two American Business magnates are both the pioneer inventors of the idea and the technology behind the personal computer. But as  “we”, the rest of the world’s humanity check our mails on our computers, connect with friends through the internet, chat with one another across the globe on internet chat sites and join the ranks of facebook, twitter and skype fans  around the world, how many of us take a second to reflect and pay tribute to these two great minds that have made all this possible??? We are all hooked to the computer and we all know how much this revolution has changed all our lives.

A few days ago I was talking to my 80 year old mum on skype. She lives in the rural outbacks of Africa while I live in Europe and it suddenly struck me how technology has made this conversation possible.

Some fifty years ago, communication with rural Africa was from person to person contact as the telecommunication services were almost inexistent in much of rural Africa while computers were not even a household phenomenon. If I had a letter to send to my mother in the village, for her to receive it would require that I find someone who was travelling to the village to deliver it. However today, with the advent of the computer and mobile telephones, connections between Africans who live in urban areas or abroad and their relatives in rural areas have become a lot easier.

For my 80 year old mum, the family only had to teach her how to switch on the computer  and log on to skype and what button to press to answer the mobile phone when it rung. These were the basics that she needed to connect with her “ world”  which revolved around her children who live in the urban areas and abroad.

My mother did not know Steve Jobs neither does she know Bill Gates. All she knows is that the personal computer ideas of these two great innovators have changed her life.

Steve Jobs died on 5 October 2011, leaving behind a strong technological footprint that  will forever be present in the lives of millions around the world including that of my mother. This is a tribute to him and honour to Bill Gates who remains an inspiration to young aspiring scientists. And talking of scientists, where are Africa’s great minds? Where are the continent’s great scientists to innovate and contribute to the world’s evolution?? Any ideas? Let’s debate and share them on this blog…

Watch this space for more upcoming debate on the matter.

Ruth TETE

 

 

LA CULTURE DE PAIX FACE AUX DERIVES IDENTITAIRES

 

Nestor Bidadanure

A-LES PORTEURS D’ESPOIR

Honorables représentants de l’Etat ivoirien et de la société civile, honorables représentants de l’UNESCO et du CEPS ; distingués invités, mesdames, mesdemoiselles, messieurs,

Quels sont les fondements d’une Culture de paix susceptible de permettre un meilleur vivre ensemble dans des pays multiethniques et multiculturels, dont l’unité est menacée par l’intolérance identitaire ? Telle est dans une certaine mesure la question qui est posée à notre atelier. Avant de tenter d’y répondre, permettez-moi de commencer par rendre hommage à ces milliers de femmes et d’hommes qui, par leur comportement et leurs luttes quotidiennes, font que, dans une grande partie de l’Afrique, la diversité culturelle des peuples n’est pas source de conflits mais d’enrichissement mutuel. Car en effet, on ne le dit jamais assez, une culture de paix basée sur des modes de résolution pacifique des différends a été développée depuis des siècles par des Africains, et maintient à l’abri de la violence identitaire, des millions d’êtres humains. On ne saurait non plus oublier que même là où des guerres imposées par des élites extrémistes font rage, des résistances multiformes s’y déroulent  pour dire non à la violence aveugle. « La barbarie de l’ignorance » que sont la haine et la violence contre l’autre, ne rencontre donc pas l’adhésion de l’ensemble des peuples et ne dispose pas du monopole de l’initiative. Notre contribution à ce forum serait défaitiste et souffrirait de manque d’humilité, si elle ignorait le combat de citoyens qui maintiennent la majeure partie du continent africain dans une certaine paix. Je dis bien une certaine paix, car l’absence de guerre dans un contexte où sévit la violence structurelle reste, hélas, une paix incomplète et fragile. Car tout être humain sans travail, sans logement, qui ne peut se soigner, sans perspective de vie meilleure pour lui-même et ses enfants, vit dans une insécurité permanente d’autant plus injuste que la plupart de nos pays ont les ressources nécessaires pour offrir une vie digne à chaque citoyen. Mais ici aussi, nous n’opérons pas sur un terrain vierge. Des acquis importants dans les domaines économique, éducationnel et culturel existent dans de nombreux pays africains grâce aux efforts des militants des sociétés civiles, ainsi que de certains dirigeants politiques qui assument leur rôle avec courage, sérieux et créativité. Ces femmes et hommes de paix ont eux-mêmes hérité leur conscience sociale humaniste, des générations qui les ont précédés dans des combats pour la justice et l’égalité entre les humains. Notre rôle aujourd’hui est donc de réfléchir à comment renforcer ces porteurs d’espérance.

Une telle démarche intellectuelle rentre en résonance avec la mission assignée à l’Unesco par les Nations-Unies au sortir de la Seconde guerre mondiale, et qu’aujourd’hui, il assume, en partenariat avec le Ceps : la solidarité intellectuelle et morale avec des peuples soumis aux affres de la guerre. Pour être efficace, la solidarité intellectuelle doit donc commencer par cultiver le discernement, démystifier une certaine représentation des crises africaines qui consiste à confondre ses effets et ses causes. Elle doit ensuite montrer qu’en  enfourchant  le cheval de l’identitaire, l’élite extrémiste africaine se trompe d’ennemi et se met elle-même en danger ; que la mission historique des intellectuels dignes de ce nom et des opérateurs économiques conséquents est de construire un environnement de paix durable qui, seul, est en mesure de garantir à l’ensemble des citoyens les conditions de leur épanouissement. Avant d’examiner en quoi les clefs constitutives de la culture de paix peuvent constituer des remparts contre les dérives identitaires, commençons donc par tenter de sortir de l’amalgame entre les effets et les causes des crises africaines.

B-LES CAUSES DES CRISES AFRICAINES SONT POLITIQUES.

Contrairement à l’idée répandue, les crises africaines ne sont par essence ni ethniques, ni religieuses encore moins régionales. Le caractère identitaire de ces crises résulte d’une stratégie politique des élites extrémistes. Il en est la conséquence, non la cause. Il suffit de s’intéresser de près au cas des conflits  extrêmes, comme ceux qu’ont connus le Rwanda, le Burundi et aujourd’hui encore la Somalie, pour comprendre que ce qui est en jeu dans ces pays est le fait politique et non ethnique. Car faut-il rappeler que les Hutu, les Tutsi et les Twa au Rwanda et au Burundi parlent la même langue, ont la même culture et vivent entremêlés sur le même territoire. L’ethnie au sens de sa définition classique est donc introuvable dans ces pays ! Le cas de la Somalie est également de ce point de vue emblématique car ce pays est composé de près de 90 % de Somalis qui partagent la même culture, la même religion, l’Islam, et la même langue, le somali. Donc si la question des crises africaines avait pour cause la diversité ethnique et culturelle des peuples, il n’y aurait jamais eu de guerres aussi meurtrières dans ces trois pays. Rappelons-nous également que dans de nombreux pays africains, des peuples de cultures et de religions différentes vivent en bonne intelligence et ne connaissent pas la guerre. Ce qui veut donc dire que la diversité ne mène pas mécaniquement au conflit. Ce qui est en jeu n’est donc ici, ni l’absence, ni la présence des diversités au sein d’une société donnée, mais la volonté politique de diviser pour régner. C’est d’ailleurs pour cela que même là où les facteurs identitaires sont instrumentalisés par des groupes extrémistes, rien n’est non plus définitivement joué. Le changement de paradigme, par l’adoption d’une approche politique inclusive à l’issue d’un changement de pouvoir permet, progressivement, un retour à la paix. Il nous faut donc  chercher les causes des guerres en Afrique en dehors de la fausse affirmation : diversité égale conflit. Il faut plutôt s’intéresser au fait politique qui se matérialise par l’instrumentalisation négative des différences, pour l’accès ou la conservation du pouvoir.

Ce qui est en cause ici, est en réalité l’idéologie fondée sur la haine de l’autre différent et qui, hélas, est loin d’être nouvelle dans l’histoire. Elle exprime le retour en force d’une triste et dangereuse idée de l’homme que l’on croyait dépassée : la politique de stigmatisation de l’autre pour ses origines réelles ou supposées et qui rime avec l’exclusion et la violence. La politique identitaire qui cible tel groupe ethnique, telle religion, les ressortissants de telle ou telle région, n’a cessé d’endeuiller l’Afrique postcoloniale. Elle est à l’opposé de l’idée humaniste qui croit dans le progrès de l’homme, car elle pense les différences comme figées et naturellement antagoniques. Elle dénie à l’identité humaine sa complexité, son héritage multiple et son caractère dynamique. Celle-ci devient réductible, selon les cas ; tantôt à la « race », tantôt à la religion, à l’ethnie ou la région. L’identitaire se construit contre le principe de citoyenneté, du fait qu’elle pense les différences humaines en termes d’inégalités immuables et en opposition à tout enrichissement mutuel.

La vision identitaire de la politique constitue une véritable régression par rapport aux luttes menées hier par les pères du panafricanisme pour l’émancipation des peuples africains. Elle est à rattacher aux courants idéologiques des siècles derniers qui pensaient la conscience humaine comme étant déterminée par la biologie. Elle divise et provoque des guerres dans des pays tant multiethniques qu’homogènes, mine les efforts d’intégration régionale et va contre toute idée d’unité dans la diversité du continent africain. Les partisans de l’identitaire voient la politique comme un moyen de conquête et de monopolisation du pouvoir, et l’humain comme un objet, un pion au service de l’objectif ultime. Le pouvoir et les avantages matériels et symboliques qu’il procure, constituent le but recherché, et aucun moyen pour l’obtenir n’est à exclure. Le sectarisme identitaire est pour certains un calcul politique cynique à court terme, et pour d’autres, une conviction manichéenne profonde. Nous sommes ici dans un contexte d’absence totale d’empathie,  où règne la haine morbide de l’autre. Le sectarisme identitaire n’a pas besoin des différences réelles au sein d’une société donnée, pour légitimer son discours extrême. Quand elles y sont absentes, il les crée superficiellement comme le montre le cas du Rwanda et du Burundi. L’identitaire a pour stade ultime le génocide et finit par se retourner contre ses promoteurs. Il exprime une autre forme d’ignorance et de misère humaine, qui mérite plus d’investigation intellectuelle.

L’absurdité de l’identitaire peut aller jusqu’à déclarer un héros de l’indépendance nationale comme Kenneth Kaunda, ancien président de la Zambie, étranger dans le pays qu’il a lui-même mené à l’indépendance. Si, en Côte d’Ivoire Alassane Ouattara a été déclaré burkinabé par les partisans de l’ivoirité, le président de la RDC Joseph Kabila fut traité de rwandais par certains de ses opposants, nonobstant la réalité des faits. Car ici, on ne débat pas du meilleur programme politique susceptible de procurer la prospérité aux citoyens sans exclusive mais plutôt des « vrais » et des « faux » nationaux. Le présupposé qui se cache derrière la rationalité de l’identitaire est que les convictions des individus sont inséparables de leur origine. L’identitaire dénie à l’individu tout à la fois la capacité de construction de son libre arbitre et son appartenance à l’humanité. L’identitaire se manifeste également à travers une conception extrême de la religion qui se traduit par le rejet de toutes les autres : L’armée du seigneur ougandais, la LRA, d’obédience catholique, a pour projet de société les dix commandements bibliques. Dans le Sahel, au Nigéria et en Somalie, les mouvements fondamentalistes islamistes voient le coran et la charia comme la voie par excellence de la paix intégrale. La haine de celui qui ne pense pas et ne vit pas comme ces intégristes, justifie sa condamnation à mort ainsi que la destruction de son héritage culturel. Ces dérives identitaires, qu’elles prennent les formes ethniques ou religieuses, ou avancent sous le masque d’un régionalisme radical constituent un désastre pour l’Afrique. Elles fauchent des milliers de vies humaines, traumatisent la société et perpétuent la misère. Elles fragilisent les processus de création des ensembles régionaux, seules solutions viables pour la résolution des questions de développement et de la liberté de circulation des citoyens.

La haine de l’autre différent , fondée sur le fantasme d’appartenance à une religion, une ethnie, une race pure… est un défi lancé aux femmes et hommes épris de paix et de progrès aussi bien en Afrique que dans le monde. Il est donc urgent d’opposer à cette obscure culture de guerre et de malheur, une contre culture de paix ; une pensée ouverte, pragmatique, dont le contenu est en mesure de démystifier l’argumentaire identitaire et de proposer une issue au drame de la pauvreté. La Culture de Paix n’est pas un concept fermé, elle est en perpétuelle évolution. Elle ne peut, pour l’Afrique, se construire en dehors des expériences traditionnelles et modernes de résolution des conflits. Ouvrons donc quelques pistes de réflexions/solutions à partir des clefs constitutives de la Culture de paix.

C-QUELQUES CLEFS POUR UNE CULTURE DE PAIX

Se poser la question de la construction de la paix en Afrique , revient à se poser la question de ce que doit être l’antithèse d’une culture de guerre , véhiculée par des élites extrémistes à travers des discours identitaires, sectaires et violents. Cela amène également à s’interroger sur les fondements économiques et sociaux d’une paix durable dont la réconciliation est l’un des éléments importants. Analysons les clefs constitutives de la culture de paix en rapport avec la situation africaine :   

1-Le respect de la vie, de la personne humaine et ses droits. 

« Je suis parce que tu es » nous dit un proverbe africain. L’être humain est un être social avant tout. La souffrance de l’autre interpelle mon humanité. Je ne peux être indifférent à la violence et la pauvreté qui frappent autrui, sans que mon humanité en soit érodée. Le respect de la vie, de la personne humaine et de ses droits est aussi la condition du respect, par l’autre, de mes droits humains. On ne peut être libre tout seul dans un environnement de violence et de pauvreté générale. Etre libre est donc inséparable de l’engagement pour l’intérêt général. « Etre libre, nous dit Mandela, n’est pas simplement me débarrasser de mes chaînes » mais bien plus : « c’est vivre d’une manière qui renforce la liberté de l’autre ». Le respect de la vie et de la personne humaine signifie qu’aucune circonstance ne doit justifier l’usage des pratiques dégradantes contre l’autre. Toute sanction doit être conforme à la loi, pédagogique et respectueuse de la dignité des condamnés. La prison ne doit pas être le lieu de l’avilissement, une école de la violence mais le lieu d’étude et d’autodépassement pour le prisonnier. Au-delà de la sanction, la prison doit donc préparer les condamnés au retour dans la société, plus conscients de leur responsabilité citoyenne. Qui s’indigne contre l’injustice et la violence qui le touchent doit pareillement s’indigner contre les traitements dégradants contre les autres. Sinon, à quoi servirait notre indignation si nous étions le miroir du tortionnaire ?

2-L’accès des citoyens aux droits économiques et sociaux

Tout pouvoir qui ne cherche pas à garantir les droits économiques et sociaux de base aux catégories vulnérables exerce une violence sur une partie des membres de la société qui, dans certains cas, peut s’apparenter à la guerre. Il faut combattre l’intériorisation, chez une certaine élite, de l’idée que les pays africains ne peuvent pas accélérer le rythme de développement et vaincre la pauvreté. Car c’est entre autres cette vision pessimiste de l’avenir qui est la cause de l’exclusion sociale et des guerres. Celui qui se nourrit de la fausse idée que, dans son pays, les richesses sont insuffisantes donc limitées à quelques uns aura naturellement tendance à recourir à toutes les ruses pour exclure les autres de la course vers le pouvoir, pensé comme la seule source d’enrichissement. Il verra dans l’autre un ennemi à écarter de la route qui mène à ce qu’il considère comme les biens rares. Il faut donc réaffirmer de manière ferme qu’un pays non-industrialisé a l’avenir devant lui et qu’il ne saurait se développer sans l’usage rationnel de tous les citoyens instruits et non instruits ; que c’est le manque de vision, de volonté politique, ainsi que l’acceptation des mécanismes de gouvernance et de production archaïques qui pérennisent la pauvreté ; que la mise en place des équipes de réflexion/ action hautement qualifiées qui répertorieraient les expériences de développement endogènes, tant internes qu’externes, permettrait l’accélération de l’histoire en matière de développement. La mobilisation de toutes les intelligences et les bonnes volontés peuvent créer les conditions d’accès de toutes et tous aux droits humains. Et elles sont nombreuses les expériences de pays, pourtant moins favorisés par la nature, qui se sont rapidement développés. Ici le problème est donc la méconnaissance des voies et moyens de développement adaptés à nos pays et non un quelconque manque de solutions. Lutter pour la paix durable, c’est donc lutter contre la violence structurelle ainsi que l’ensemble des préjugés latents dans la société, qui mènent à la guerre. Nous ne devons surtout pas oublier que l’héroïsme ne se mesure pas en nombre de vies fauchées mais en nombre de vies sauvées. Garantir, pour tous, les droits humains signifie permettre de vivre dans la dignité à des millions d’individus qui, dans des circonstances de haine de l’autre, de faim et de guerre, meurent chaque jour d’une mort évitable.

3-LA RESOLUTION PACIFIQUE DES CONFLITS ET LA RECONCILIATION

Dans une grande partie de l’Afrique, les peuples issus d’ethnies différentes continuent de vivre en bonne intelligence. Ils ont développé ou hérité des mécanismes traditionnels de résolution des conflits et d’une vision du monde et de l’autre qui les mettent à l’abri des guerres identitaires. Chaque pays africain, sauf de rares exceptions, est une mosaïque de peuples, de cultures et de religions  différentes. Les peuples africains parlent généralement deux à trois langues depuis la nuit des temps. Les interactions humaines ainsi que la nécessité de vivre ensemble avec l’autre différent, ont conduit les peuples à apprendre à accepter la différence avec autrui comme un enrichissement culturel, mais également comme la condition de la paix. Sans la volonté de vivre ensemble et l’art de la tolérance des différences avec ses voisins immédiats ou lointains, aucun royaume ni empire précolonial n’aurait pu exister. Nous aurions eu de menus territoires, composés de groupes ethniques ou claniques fragiles, et vivant en autarcie. Qui connaît l’histoire africaine d’ouverture à l’autre ne peut donc en son âme et conscience, oser enfourcher le cheval de la haine identitaire. De ce point de vue, le recours à l’identitaire est l’expression de la déconnection des élites extrémistes vis-à-vis de l’histoire de leur continent. De plus, de nouvelles identités émergent chaque jour du fait de l’urbanisation, de la mondialisation et du développement des nouvelles technologies de l’information. Le recueil et l’enseignement des fondements historiques de l’unité des états multiculturels et multiethniques, ainsi que l’ensemble des mécanismes, tant modernes que traditionnels de résolution pacifique des conflits, peuvent servir de fondement àune paix durable.

Une telle démarche peut montrer aux citoyens, que la réconciliation est l’affaire des visionnaires, des forts et surtout pas des faibles. Car il faut en effet faire preuve de courage et de lucidité pour ne pas réduire l’histoire d’un peuple à ses souffrances personnelles. Il faut du courage pour penser ses bourreaux comme des êtres qui gardent une part d’humanité, et peuvent s’émanciper de l’aveuglement meurtrier dont ils ont fait preuve. Dans les pays comme l’Afrique du Sud postapartheid, le Mozambique post-conflit ou le Rwanda post-génocide, des réflexions pertinentes sur le moyen de sortir de l’impasse de la violence extrême y ont été menées. Le développement d’un processus spécifique de résolution des conflits ne saurait méconnaître l’expérience des autres. Car derrière les différents processus de réconciliation se trouve une philosophie de la vie, des réflexions stratégiques tant modernes que traditionnelles de reconstruction de la paix pour les générations présentes et futures. Connaître les expériences des autres, n’impose en rien leur transfert mécanique dans des contextes différents. De même, la différence des situations n’en exclut pas les points de convergence. Mais toute réconciliation a un préalable qui s’appelle la vérité. Sans la reconnaissance de ses torts, il ne saurait y avoir de pardon ni de réconciliation. Mais peut-on pour autant tout pardonner ? Les crimes contre l’humanité échappent aujourd’hui à la compétence des instances juridiques et politiques d’un seul pays. Du fait que les crimes sont des crimes contre l’humanité, le pouvoir du pardon échappe également à la seule volonté de quelques individus et des dirigeants d’un seul pays. Par ailleurs, le pardon n’a de sens que si la mémoire reste vive. Le pardon ne saurait signifier oubli au risque de la répétition du crime.

4-L’EGALITE ENTRE LES HOMMES ET LES FEMMES AINSI QUE L’INCLUSION DES DIVERSITES 

L’égalité entre les hommes et les femmes doit se traduire par la parité. Car, la sous représentation des femmes au sein du pouvoir, est un acte d’injustice et de violence symbolique envers une partie de l’humanité. L’invisibilité ou la sous représentativité dans les instances dirigeantes des femmes, veut dire que leur identité les rend inférieures aux hommes. Mais au delà de la question du genre, il faut dire qu’il ne saurait y avoir de paix durable dans un pays où une partie des citoyens serait exclue du pouvoir, en raison de son identité. La stabilité des pays multiethniques et multiculturels dépend donc aussi de la politique inclusive des femmes et de toutes les diversités nationales. Car l’exclusion de l’autre différent, crée une identité d’exclu qui à la longue, peut constituer une source de conflit violent. Mais pour être effective, l’inclusion ne saurait se limiter au seul partage du pouvoir au sommet ; elle doit embrasser l’ensemble des instances d’un état et de la société. Elle doit s’inscrire dans une politique globale qui va du sommet à la base. La question de l’inclusion des diversités est également intimement liée à la lutte contre les exclusions sociales. Apprendre à penser la diversité comme une richesse, comme les couleurs de l’arc en ciel, tel est le rôle de l’éducation à la paix.

5-LA DEMOCRATIE ET LA LIBERTE D’EXPRESSION

Sans le droit d’élire ses dirigeants, on est objet dans l’histoire et non sujet. Les élections libres et démocratiques humanisent et responsabilisent, quand elles créent les conditions de réflexion, et que les citoyens élisent leurs représentants en leur âme et conscience : Ils deviennent ainsi des citoyens maîtres de leur destin. Mais on ne saurait oublier que de nombreux discours électoralistes, surfent sur la peur et la haine de l’autre. Ainsi l’exercice qui devrait être guidé par la noble mission de la politique – qui est la recherche du bonheur commun – se transforme en occasion de déstabilisation de la société. Là où les balises institutionnelles ne permettent pas de protéger la société contre la haine de l’autre, celle-ci s’impose dans le débat non pas comme un délit mais comme une opinion acceptable. Dans un tel contexte, certains médias peuvent être les facteurs amplificateurs de la haine dans la société. La violence symbolique des discours identitaires des politiques et des médias au Rwanda a eu pour résultat le génocide de 1994. Les notions d’ « ivoirité », de « congolité » ont été popularisées par les médias. Pourtant on ne peut imaginer une démocratie sans la liberté d’expression. Comment donc faire dela liberté de parole un instrument de paix et non de guerre ? Eduquer à la démocratie passe donc par la transmission des notions de discernement, et des valeurs humanistes de responsabilité envers la communauté humaine. Cela passe également par la formation des journalistes à ne plus penser l’information comme l’expression du seul malheur, mais aussi comme le fait de la résistance humaine et la victoire de la vie sur les forces de la haine et de l’exclusion. Car comment renforcer la culture de paix là où les médias ne montrent que la violence et la haine de l’autre et occultent, souvent inconsciemment, celles et ceux qui s’y opposent ? La démocratie doit être à la fois un instrument et un cadre de tolérance, d’inclusion, de développement et d’élévation de la pensée. Le degré de la vitalité d’une démocratie se mesure tout à la fois au niveau d’implication des citoyens dans les débats de société, à la qualité humaine de leurs propositions ainsi qu’à leur capacité de contrôle des politiques de leurs élus. Une démocratie qui n’a pas été dévoyée et vidée de son contenu ne peut ouvrir le chemin du pouvoir au dictat ethnique, religieux ou à un pouvoir xénophobe et corrompu. Car la démocratie est plus que le mode d’accès au pouvoir ; elle se vérifie dans le mode de gestion de celui-ci. La mise dans les urnes d’un bulletin pour le choix d’un élu n’est pas la fin du processus démocratique. C’est un début insuffisant qui doit être complété par la participation des citoyens à la définition, la mise en place et le contrôle de la politique qui les concerne.

6-LE RESPECT DE L’ENVIRONNEMENT

La pollution de l’environnement mène à des catastrophes « naturelles », à la désertification des sols et à des famines qui engendrent les conflits. Si bien que l’environnement ne peut plus être pensé comme un objet maniable à volonté. La négligence de celui-ci nous affecte. Nous ne pouvons plus nous penser comme les seuls êtres dignes de respect. Le respect de l’environnement est donc une question de sécurité et de responsabilité collective, mais également de philosophie de la vie. Nous sommes dans un rapport d’interdépendance physique et spirituel avec les arbres, la forêt, les océans, l’air et les animaux. Toute la matière qui compose notre organisme se trouve également dans notre environnement. Si bien que prendre soin de nous, veut aussi dire prendre soin de l’environnement. Planter les arbres, faire reculer le désert et réduire la pollution, c’est aussi permettre à des millions d’humains de vivre dans des conditions décentes.

 EN GUISE DE CONCLUSION

La Culture de Paix doit être pensée et enseignée comme un idéal qui permet de relier et renforcer ce qui a été délié. C’est une théorie qui permet de penser les différences au sein d’une nation comme les couleurs de l’arc en ciel ; comme une précieuse richesse. Elle doit être une théorie de la démystification de l’identitaire et de rappel qu’il n’y a pas d’identité nationale hors la diversité tant culturelle qu’humaine de l’ensemble des citoyens. La Culture de Paix en Afrique de l’Ouest doit également opposer à la violence structurelle, la défense des droits humains, car c’est aussi la pauvreté qui sert de lit à la démagogie identitaire. « Les réalités d’aujourd’hui sont les utopies d’hier » disait Victor Hugo. Puisque la Culture de Paix est une utopie pragmatique, inclusive et profondément humaine, luttons pour qu’elle puisse être le plus rapidement possible la réalité de l’Afrique et la réalité du monde !

Nestor BIDADANURE.

Mise en ligne par Léon Kharomon

Abidjan le 4 Juin 2012 :

Conférence internationale pour une Culture de paix en Afrique de l’Ouest.

Publié par : cercleandrewyoung | 13 octobre 2012

60 ans de l’Ofpra : les réfugiés témoignent

60 ans de l’Ofpra : les réfugiés témoignent

Méconnu du grand public en dépit des précieux services rendus, l’Ofpra célèbre cette année ses soixante ans d’existence en publiant pour la première fois les parcours et témoignages de celles et ceux qui, un jour, ont trouvé en France une terre d’asile, après avoir échappé aux persécutions dont ils faisaient l’objet dans leurs propres pays.

Plutôt que de nous livrer des statistiques de son exercice depuis sa création en 1952, l’Office Français de Protection des réfugiés et Apatrides, Ofpra, vient de publier trente parcours individuels remarquables dans un joli livre blanc.

Miguel Angel Estrela, ambassadeur d’Argentine à l’Unesco et Nina Mitz, Pdg de FTI consulting, anciens réfugiés, témoignant de leurs extraordinaires parcours.

Sobrement intitulé « Réfugié en France, de l’exil à la reconnaissance », cet ouvrage permettra pour la première fois au grand public de mettre des paroles et des visages sur des chiffres, ainsi que sur la noble mission de protection qu’exerce cette institution. « Je souhaite rendre sensible et intelligible, l’histoire de ces migrants particuliers que sont les réfugiés aux XXè et XXIè sièce », écrit Jean-François Cordet , directeur général de l’Ofpra en préface. L’exercice est d’autant plus délicat que le statut de réfugié ou apatride nécessite un minimum de discrétion pour des raisons évidentes de sécurité. Ce qui sans doute confère à l’ofpra l’image d’une institution froide, assez éloignée du public.

Pourtant, à lire les trente parcours relatés dans ce livre, on mesure le service combien humain que cette institution a rendu à plus de 800.000 personnes venues de tous les continents, menacés dans leurs pays ou privés de leur nationalité. De son côté, Agnes Fontana, sécrétaire générale de l’Ofra, reconnaît que cet office « n’a jamais su parler de lui. Notre mission est encore mal connue du grand public ». D’où l’idée de publier un livre sous forme de galerie de portraist de réfugiés venus du monde entier. Comme celui de Nina Mitz, réfugiée polonaise de 1951 à 1965, actuellement Pdg de FTI consulting, l’un des plus importants cabinets internationaux de conseil en communication stratégique financière et média, en tête du classement mondial sur les opérations fnancières et la communication avec les média.

Nul ne sait si son brillant parcours eut été possible sans la protection accordée par l’Ofpra à ses parents, entrés clandestinement en France en 1947, après avoir fui les persécutions dont les Juifs avaient fait l’objet en Pologne entre 1939 et 1945. Nina ne peut oublier que pendant 15 ans, le passeport Nansen délivré par l’OIR, organisation internationale de réfugiés, a été le seul document qui leur donnait « une existence légale ». Elle est convaincue que « l’image de la France dans le monde dépend aussi du droit asile ». Aussi, a- t elle déploré qu’aucun ministre ne soit venu pour commémorer les 60 ans de l’Ofpra au Centre d’accueil de la presse étrangère ce mardi 25 septembre à Paris.

« Au sommet des institutions des droits de l’homme »

Des témoignages, les uns aussi poignants que les autres se sont succédés au Cape, dévoilant à la fois la noblesse et la complexité de la mission de l’Ofpra. Pour Miguel Angel Estrella, ancien réfugié argentin, actuellement ambassadeur de son pays à l’Unesco, l’Ofpra devrait « être classé au sommet des institutions de droits de l’homme ». Grâce à l’Ofpra, dit-il « je suis encore en vie ». Et de raconter comment il est arrivé en France en 1980, avec plein de séquelles de torture, après avoir échappé à ses bourreaux. Allusion ainsi faite à l’implacable dictature instaurée en Argentine à partir des années1976, avec son cortège d’enlèvements et de disparitions. Passionné de musique, c’est dans ce domaine qu’il poursuit sa lutte pour la promotion des droits humains. Reconnu comme un des plus prestigieux pianistes argentins, Estrella a crée la fondation Musique Espérance dont l’Orchestre pour la paix réunit jeunes arabes et israéliens. Ils ont donné des concerts en France et au Luxembourg afin de promouvoir les idéaux de l’Unesco. En 2000, Estrella a reçu le prix Nansen et le prix de Nations –unies pour les trois Amériques.

Les parcours exceptionnels révélés dans ce livre, sans être exhaustifs, ne devrait cependant pas occulter les problèmes et la stigmatisation dont sont parfois victimes les réfugiés. Surtout en ce temps de crise économique et financière où les migrants passent pour de bouc émissaires que certains politiques tentent de sacrifier sur l’autel de l’austérité en Europe.

A ce propos, Jean Gaermink, président du Conseil d’administration de l’Ofpra affirme que depuis des années, l’Ofpra se bat pour emmener l’administration publique à faire la différence entre réfugiés et immigrés. « La logique de protection ne devrait pas être celle appliquée à tous les étrangers » pense t’il.

La confusion vient souvent du fait que les demandeurs d’asile, même s’ils n’obtiennent pas systématiquement le droit d’asile, bénéficient d’une protection de l’Ofpra le temps de l’examen de leur demande.

Qu’à cela ne tienne, M. Gaermink compare le travail de l’Ofpra à celui d’un sismographe qui mesure toutes le tensions de la planète, lesquelles se traduisent par les demandes d’asile et leur flux de provenance. En 2012, la République démocratique du Congo est le premier pays de provenance des demandeurs d’asile. Situation qui s’explique autant par la crise post électorale de fin 2011 et la résurgence des mouvements insurrectionnels à l’Est . Les taux d’admission les plus élevés concernent les Maliens avec la situation de chaos et d’occupation du nord de ce pays sahélien par des groupes islamistes.

Léon Awazi Kharomon

Older Posts »

Catégories

Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.

Rejoignez 211 autres abonnés